Un temple original au nord de Séoul

Et si un lieu de séduction, un domaine où régnaient encore les Kisaeng, ou geisha coréennes, devenait un temple, espace de prière pieuse et de purification ?

Improbable mais possible, c’est l’histoire du jeune temple Gilsang-sa, situé au milieu du quartier résidentiel chic de Seongbuk-dong, au nord de Séoul.

Dans les années 60 et 70, ce temple s’appelait Daewongak et était alors un “Yejeong”, un restaurant coréen haut de gamme où politiciens, militaires et hommes d’affaires venaient manigancer entre eux et se divertir avec les Kisaeng, artistes versées dans la musique, la poésie et l’art de la conversation, maîtresses de la séduction en Corée.

Le restaurant appartenait alors à Kim Yeong-Han, elle-même Kisaeng. Fervente bouddhiste, elle fait don en 1987 de sa terre et de son restaurant au moine Pubjeong.

Kim Yeong-Han est née en 1916 et devient Kisaeng à l’âge de 16 ans, par ambition en ces temps noirs et d’occupation pour la Corée. Elle prend alors le nom de Jin Hyeong.
Plus tard, elle commence des études de littérature anglaise et est diplômée en 1950 de l’université Joongang. En 1955, elle achète un terrain au nord de Séoul pour créer son restaurant Daewongak.
Alors qu’elle lisait un ouvrage du moine Pubjeong qui appelait au dépouillement et renoncer à ses propriétés, elle se sent très émue et touchée par la vision de ce moine et lui fait don de sa terre en 1987. Ce dernier refuse son offre pendant longtemps et finit par céder des années plus tard. En 1995, il décide d’en faire un temple, ouvert au public en 1997.
Kim Yeong Han décède en 1999 et demande à ce que ses cendres soient répandues à un endroit spécifique du temple au premier jour de neige. Aujourd’hui encore, la petite maison en face de l’édifice principal, celle qui domine le pont traversant le cours d’eau, se dresse en commémoration de sa première propriétaire.
Le moine Pub Jeong est décédé en 2010, à l’âge de 78 ans.

Le temple de Gilsang-sa a Seoul, ancienne maison de gisaeng

Abrité par une végétation dense et fleurie, rafraîchi et bercé par un petit cours d’eau dévalant la pente aux différents petits édifices servant aux hôtes des “temple stay”… Le temple de Gilsang-sa est aujourd’hui un véritable havre de paix au coeur de la ville.

Il propose différentes activités, des cours d’initiation au bouddhisme et à la méditation et des séjours “temple stay”. Le programme de temple stay a lieu le quatrième week-end de chaque mois et coûte 30 000 won par personne.

Comment aller à Kilsang-sa:
En métro, ligne 4 jusqu’à la station Hansung University, sortie 6.
Prendre le bus vert qui va directement au temple, l’arrêt est juste devant le stand de street food, 50 m après la sortie. Dernier bus a 16h30 environ, attention.

Voir le site de Gilsang-sa.